auteur: Mario Mongeau

Les Zombres

Les Zombres  - membres                                                                                                                                                                                      derniers concerts :

musiciens :                                                  12&13 juin 1984      27 octobre 1984

originaux         remplaçants                      Pointe aux cafés    Palais de la roulette

Léo England

Francis Roy

Alain Deland

Robert Rheault                                                           ♪                                 ♪

Alain Moreau                                                             ♪                                 ♪

                           Mario Mongeau                              ♪                                 ♪

                           Marc Delage

                           André Deguire

                           Serge Raymond                               ♪                                 ♪                                

Pour des informations sur Les membres de ''Les Zombres'' et leur réalisation personnelle :                            cliquez ici 

The nazz are blue - Les Zombres
00:00 / 00:00

Les Zombres, le groupe de musiciens de Saint-Jean (maintenant Saint-Jean-sur-Richelieu) dans la province de Québec a été actif au cours des années 1965-69 et, 1984 et 2001. 

Le disque vinyle de 7'' sur étiquette Jim-Gitan est leur unique publication discographique jusqu'à ce jour incluant

les pièces Mother's little helper b/w It's gonna be all right publié .

Cliquez à droite pour écouter la pièce Mother's little helper interprétée par Les Zombres

Pour écouter la pièce It's gonna be all right  

interprétée par Les Zombres: cliquez ici 

Le groupe de musique Les Zombres de Saint-Jean a été actif vers la fin des années '60 et a compté dans ses rangs huit musiciens dont certains ont formé par la suite des groupes qui se sont faits connaître et qui ont établi cette région du sud du Québec à un niveau international.

Le groupe fut formé par les guitaristes Robert Rheault et Alain Deland, le bassiste Francis Roy, le batteur Léo England et le chanteur Alain Moreau. Francis Roy fut remplacé par Mario Mongeau puis en 1968 Alain Deland a quitté pour aller fonder le studio de son Bobinason. Le groupe a continué en quatuor, puis en quintette lorsque le guitariste Marc Delage l'eut rejoint puis encore en quatuor jusqu'à l'arrivée du guitariste André Deguire. Après 1969, le groupe se présentait sous le nom de Age alors que le musicien Luc Giroux tenait, à son tour, la basse; au cours de 1970, sans Alain Moreau et avec l'ajout du claviériste Michel Phaneuf, le nom de Incubus fut adopté. 

Le groupe Les Zombres était, au cours des années '60, le plus méconnu des groupes de Saint-Jean-sur-Richelieu pour plusieurs raisons. En premier le groupe n'a pratiquement pas joué dans sa ville, aussi il n'avait pas de 45 tours sur le marché, il ne jouait pas vraiment une musique commerciale et surtout son management ne misait pas ou presque pas pour le faire connaître. En fait le groupe jouait dans les salles paroissiales, les centres récréatifs et dans des bars mais jamais à la même place. Il a joué à la salle Do-ré-mi (en compagnie de ''Les Chanceliers'' qui ont joué la chanson de ''The Beatles'' Taxman), au centre Saint-Edmond, à la base militaire, à l'hôtel Windsor, à l'hôtel d'Iberville, à la cabane à sucre, dans des épluchettes de blé-d'inde, à la Place des Nations, à Saint-Agathe, Saint-Agapit, Thetford-Mines, Black Lake, Louiseville, Sorel, Sutton: grâce à l'agence PG de Granby. Les Zombres se sont mérités (à deux reprises) la deuxième position lors de jamborees d'orchestres: à Cowansville et à Beloeil.

Les origines de ''Les Zombres'' remontent à l'année 1965. Dans le sous-sol du 641 rue Raymond, Saint-Jean se réunissaient des jeunes pour pratiquer des chansons de ''The Beatles'', ''The Rolling Stones'' et Herman's Hermits et  Sam the Sham and the Pharaohs. L'un était plus doué et enseignait aux autres quoi jouer. On allait à l'école Beaulieu et on entendait parler les musiciens plus expérimentés qui se préparaient à aller participer à des concours d'orchestres et, qui étaient à la recherche d'un bon ''booker'' pour trouver des engagements. Au printemps de l'année 1966, on a appris que le 9° jamboree provincial d'orchestres Labatt allait se tenir à la salle Do-ré-mi.  

Le groupe de Robert Rheault, Alain Deland, Jean-Marc Parent et Léo England hésitait encore: ces jeunes ne se sentaient pas à l'aise avec leur bassiste. En discutant avec le bassiste de ''Les Oxides'' un groupe du même quartier ils en sont venus à la solution que ce dernier remplacerait pour l'occasion leur actuel bassiste. Ils n'avaient pas de nom de groupe et un nom devait être présenté avec l'inscription: ils ont choisi Les Insolites. Faisons le point sur le chanteur de ''Les Insolites'': Jean-Marc Parent. Non ce n'est pas celui qui sait nous charmer depuis 1988 même si cet humoriste est le beau-frère de Robert Rheault.

Il s'agit d'un autre Jean-Marc Parent qui est le frère de Simon Parent.

 

Pour la première fois, Les Oxides et Les Insolites allaient partager la scène avec des groupes locaux (Les Snobs, Les Avantis, Les Sujets) et avec Les Distingués de Napierville, Les Misanthropes de Farnham et d'autres dont les artistes invités Les Bel-Air de Québec. Dans les concurrents il y avait  Les Sinners qui ont joué la plus récente pièce de ''The Rolling Stones'' Paint it black, on était en juin 1966. Évidemment on n'a pas gagné ce jamboree d'orchestres! 

Depuis le début et contrairement aux groupes québécois qui s'adonnaient à de versions yé-yé de succès de l'heure – le répertoire joué par Les Zombres

se composait en totalité ou presque de chansons en anglais. Le son de ''Les Zombres'' s'est transformé entre 1965-69, de pop à → blues à → alternatif, accroissant sans cesse l'improvisation dans l'interprétation. Or l'exécution publique du chef-d'oeuvre de ''The Beatles'' A Day in the Life incluant les deux montées orchestrales - de George Martin à l'époque qualifiée par les médias de crescendos cacophoniques - partiellement improvisées entraînées par le guitariste Robert Rheault en révélait le pouvoir de déconstruction de la musique. Robert pouvait et peut obtenir un son presque symphonique, comme sait le faire Justin Hayward du groupe The Moody Blues.   

 

Le groupe s'est produit à la Place des Nations lors du spectacle de fermeture de Terre des Hommes le 1 septembre 1968 en première partie du groupe Les Mykels. Ils ont interprété des chansons plutôt ''underground'' comme celle de ''The Doors'' Hello I love you et Buzz the jerk de ''The Pretty Things.'' 

Les Insolites ont continué à pratiquer tout en changeant de musiciens à l'occasion. C'est comme ça qu'ils ont atteint une certaine stabilité et avec le chanteur Alain Moreau et le bassiste Francis Roy ils sont devenus Les Zombres. Ils ont appris à jouer 

Paint it black.

Sur la photo, on voit: Francis Roy, Léo England, Alain Deland, Alain Moreau et Robert Rheault.

Sur la photo à la Place des Nations, de gauche à droite Mario Mongeau, Alain Moreau,  Léo England, Robert Rheault 

Les Zombres devaient transporter eux-mêmes leur équipement: pas de ''roadie.'' Pour jouer à la Place des Nations, on leur a imposé le système de son de la place car ces événements étaient présentés dans un endroit ouvert et leur ''sono'' dans ces circonstances n'aurait pas été adéquate. Le problème avec la sono de la Place des Nations a été que les boîtes de son avaient été disposées en avant du groupe et des moniteurs n'avaient pas été prévus pour que le groupe s'entende jouer. On voit sur la photo (ci-haut) que le chanteur est en mode d'attente, que le guitariste exécute un solo en activant la pédale sous son pied et que le bassiste est en mode olympique. Cela veut dire qu'on peut gagner ou perdre par une fraction de seconde: le bassiste, qui n'entend rien de ce que le guitariste fait, espère avoir toute la télépathie pour savoir quand viendra le changement d'accord. Si le changement n'est pas exécuté au millième près, le risque est que tout le groupe s'effondre sur place. Ces événements attiraient des milliers de personnes. En examinant le regard du bassiste, je peux imaginer le stress de cette présentation.

Après la tournée SuperSwing Les Zombres n'étaient plus les mêmes. Les groupes autres que Les Zombres – clients de la même agence – qui ont partagé la scène au cours de cette tournée de décembre 1968 sont The Haunted, Le 25e Régiment et Les Tallmud. La tournée les a amenés à Plessisville 19 décembre 1968; Saint-Agapit 20 décembre 1968; La Présentation 21 décembre 1968; Sorel 22 décembre 1968; Iberville 26 décembre 1968 et Beloeil 27 décembre 1968. Les Zombres étaient plus jeunes que les membres des autres groupes et se tenaient tranquilles parce que les autres les impressionnaient beaucoup. Un soir tard sur la route, les gars des autres groupes étaient irrités par un ''roadie'' fatiguant, alors ils ont arrêté la camionnette, sont descendus avec le ''roadie'' fatiguant, lui ont enlevé ses vêtements, et nous sommes partis sans lui. On a prié  pour que le camion qui suivait dans le caravane ne le laisse pas sur le bord de la route.

Les musiciens de ''Les Tallmud''  trouvaient un intérêt dans les prestations de ''Les Zombres'' et questionnaient sur l'origine des instruments de musique, comme la basse en forme de fusée: un ''body'' de Flying V avec le manche d'une Fender. ''Est-ce une basse Fender ou Gibson ?''  Il faut le dire qu'au cours cette tournée Les Tallmud ont influencé Les Zombres, ils jouaient The nazz are blue. Et Le 25e Régiment ne se limitait pas à des chansons comme Les fraises et les framboises. Quel programme pour les fans des villes de province! 

On avait remarqué que Jurgen Peter le fondateur de ''The Haunted'' (qui avait délaissé la scène) essayait de les surprendre en venant dans la loge et fouiller leur paquet de cigarettes. On commençait à distinguer des conversations au sujet de ce qu'il ne voulait pas que ses gars aient en leur possession. La dernière soirée de la tournée, on est allé aux renseignements avec John qui nous a bien mis au courant. On s'est laissé en échangeant un numéro de téléphone avec le souvenir d'une nouvelle expérience. En 1968, deux des membres de ''Les Zombres'' habitaient à Montréal, se souvient M. Mongeau; ''Nous sortions dans le secteur des rues Crescent, Bishop au sud de Sherbrooke, on assistait à des spectacles des groupes en vogue et rencontrions John Monk et occasionnellement Gary Marcus le guitariste.

on voit sur les photos (ci-bas):                                       (*)peu visible à la batterie

                  John Monk, Billy Smith,                  Gary Marcus,  Joey Toplitsky(*) 

Gary, qui pouvait jouer des solos de guitare pendant de longues minutes, imposait le nouveau régime: The Haunted étaient devenus un groupe psychédélique. Il était formé par un chanteur, un guitariste, un batteur et un bassiste (qui jouait sur une basse Hangstrom à 8 cordes).  

          The        Haunted 

    lors de la         tournée SuperSwing   décembre              1968

Les Zombres avaient la même formation et jouaient des pièces obscures comme Out of focus du groupe Blue Cheer et un peu de Jimi Hendrix. The Haunted aimaient bien ce répertoire psychédélique et s'immobilisaient autour de la scène quand Les Zombres faisaient leur tour de chant. 

Le répertoire de chansons de ''Les Zombres'' c'était des reprises mais souvent en ajoutant quelque chose d'énergique et de particulier. 

The nazz are blue. Ce blues psychédélique a été un favori de tous ceux qui l'ont joué avec le groupe. Définitivement (pure influence) cela jusqu'à présent: jamais abandonné, joué aussi en 1998 lors d'une retrouvaille, Marc Delage l'avait interprété en 2001 lors de l'événement ''Les Zombres et leurs Descendants.''  Marc a fait partie de'' Les Zombres'' en 1968 alors qu'il était âgé de 14 ans et plus tard son parcours recoupait celui de Mario pour jouer dans le groupe Magwitch en 1970 et celui de Robert en 1975 pour jouer dans le groupe Igor.

Comme Les Zombres n'étaient pas les préférés de l'agence PG qui sans cesse demandait d'adopter un répertoire plus commercial, on avait la chance de se faire ''booké'' au bout du monde. Il n'était pas rare qu'on revenait à Saint-Jean au milieu de la nuit. On avait Monsieur Robert (aka Ped) qui était le ''road manager'' (en charge de la route) ce dernier avait arrêté sa camionnette et avait dit: ''Les gars il y a trop de neige, je ne peux pas aller plus loin.''  Heureusement nous étions au coin de la rue Georges-Phaneuf et du boulevard du Séminaire, donc pas si loin du 641 rue Raymond. Nous marchions en file indienne avec de la neige jusqu'aux cuisses et les guitares à la main, il était environ 6 heures du matin. On était jeune, on partait au milieu de l'après-midi pour revenir avec la seule chance d'avoir avalé un hamburger après la soirée ou avant de monter sur la scène. Ce n'était pas facile aussi de démonter le matériel sonore après chaque engagement, de le ranger dans le camion, de s'asseoir dessus pour le retour. Les gens pensent que les musiciens sont chanceux avec les filles, mais pas avec une nuit de route à faire. Aussi le pire c'était quand on voulait quitter cette ville et que le directeur du centre récréatif étirait le temps avant de nous payer: ça c'était la job de Robert de récolter les cachets ! Franchement comme gérant Robert faisait bien son job, on n'aurait jamais été si bien servi par quelqu'un d'autre. En fait Robert faisait bien son job de gérant, de directeur musical, de représentant et de dirigeant. Et si on y pense bien ce serait en grande partie à cause de lui que les gars des autres groupes apparaissaient dans coulisses quand Les Zombres donnaient leur concert.

La compétition entre groupes décidément existait. À part de ''The Haunted'', Les Zombres ne recevaient pas tellement d'encouragement et définitivement pas des musiciens johannais (sauf Bruno Jacques, le batteur de ''Les Gyrfalcons'', dans un récent témoignage). Essayer d'établir des partenariats était presque impossible, par exemple pour avoir l'accord d'une participation à un événement qui rassemblerait plusieurs groupes, on devait attendre à la dernière minute parfois.  

Les guitaristes du groupe (Robert Rheault, Marc Delage, André Deguire) adeptes des techniques innovatrices et des solos aventuriers du guitariste Jeff Beck étaient déjà connus comme ''guitar heros.'' 

Robert Rheault a débuté par jouer le violon mais vers l'âge de 13 ans - après une visite chez son cousin à Toronto où il a découvert le guitariste Chet Atkins - il s'est converti à la guitare. Déjà à ce moment-là, R. Rheault montrait des signes de rébellion, comportement remarqué chez Les Zombres en général. Il a tout simplement vendu son violon pour acheter une guitare électrique. À 14 ans il possédait une guitare Silvertone à trois pickups et plus de violon; tout ça sans en avoir parlé à ses parents. Le sous-sol de la maison familiale est vite devenu un lieu de rassemblement pour lui et ses amis (comme Mario (Mucho) Bourdeau, etc.) et un local de pratique pour lui et ses musiciens. Au début des années '80 Robert a monté son propre studio de son (le Studio du Parc) lieu où furent enregistrés, notamment, le 45 tours de ''Les Zombres.''

Robert Rheault

guitariste

de ''Les Zombres''

1968

Marc Delage (âgé de 14 ans) avait fait un passage de quelques mois dans le groupe en 1968 mais allait revenir au groupe en 2001. Entre-temps, il a fait de multiples expériences même musicales avec les groupes Magwitch (1970), Sad, Incubus (1972), Igor (1975) et Polygone (1980). Il était très impliqué au début du 21e siègle comme musicien et comme producteur de disques du groupe ExCubus.

Sur la photo, on voit: Alain Moreau, Léo England, Robert Rheault, M, Delage et M. Mongeau

André Deguire s'est joint au groupe au premier semestre de 1969. Il est originaire de l'ouest du Canada et avait joué de la guitare et de l'orgue avec le groupe Le Pouvoir des Fleurs. Il a participé à l'enregistrement de leur disque vinyle. C'est un musicien exceptionnel, il changeait le son de sa guitare en frappant son amplificateur avec son pied. Il faisait partie du groupe lors des changements de noms:  pour  Age (1969) et Incubus (1970). Par la suite il a créé Mack (1973) et Fighter (1978) et un jour il est retourné dans l'ouest.

Sur la photo, on voit: R. Rheault. L. England, A. Moreau, M. Mongeau et André Deguire

Contrairement à la fin qui guettait la quasi-majorité des groupes des années '60 - que les gars avaient trouvé un bon emploi et qu'avec l'accord de leur douce-moitié mettaient de côté leur instrument ou qu'ils trouvaient la vie de musiciens trop dangereuse ou qu'ils en avaient assez de la vie généreuse en sensations ou tout simplement la marche était devenue trop haute: que les plus récentes passes de basse étaient impraticables surtout celles de John Paul Jones (Led Zeppelin) ou que les musiciens avec qui vous jouiez vous regardaient trop souvent en mamonnant - certains musiciens de ''Les Zombres'' étaient beaucoup plus inspirés à continuer et à relever tous les nouveaux défis. Ceux-là

(R. Rheault, L. England, A. Deguire) au risque de déplaire à leurs parents déménageaient à Montréal en espérant arriver à joindre les deux bouts.

Plus tard après les années '60, les membres de ''Les Zombres'' ont créé leurs propres œuvres qu'ils interprétaient au lieu de jouer du ''cover.''  On a pu le constater à travers leurs groupes successifs : Age, Incubus, Magwitch (1970), Blanc Deuil (1971), Capitaine Richmellow Band (1971), Mack (1973), Igor (1975), La Troupe du 24 (1977), Parachute (1978), Polygone (1980), etc.

En 1984, les Zombres revivaient autour de R. Rheault, A. Moreau, M. Mongeau et un nouveau batteur Serge Raymond. Ce sont les musiciens qu'on entend sur le disque 45rpm  [sur étiquette Jim-Gitan].

La pièce Shakin' all over - proposée à droite - fut enregistrée au Studio du Parc. 

Cliquez à droite pour écouter le groupe Les Zombres interpréter la pièce   Shakin' all over

Cliquez à droite pour écouter le groupe Les Zombres interpréter la pièce   S. F Sorrow is born

En 2001, les Zombres se sont reformés sous le concept Les Zombres et leurs Descendants, entraînant dans l'aventure des musiciens ayant eu des activités musicales avec l'un ou l'autre des membres de ''Les Zombres.''  Le public a pu voir sur scène des musiciens de la période post-Zombres tels que le batteur Luc Proulx de Polygone, les claviéristes André Delage et Michel Phaneuf, aussi - le pianiste Pierre-Armand Tremblay ayant fait partie de Coenobium avec S. Raymond et de Épilogue avec R. Rheault, le saxophoniste Kaspar Knoll avec Casa loca et les Météores (fondés par M. Mongeau) – d'autres musiciens dans des groupes fondés par R. Rheault : Mirador (avec Billy Pajonas), Hommage aux Beatles (avec Réal Gaboriau). En janvier 2017, M. Mongeau, R. Rheault et M. Delage se sont retrouvés pour retourner en studio d'enregistrement et finaliser une pièce commencée en automne 1984.

Sur scène, on voit: André Delage, M. Mongeau, Marc Delage, S. Raymond, R. Rheault et A. Moreau. 

Les Zombres ne rappellent pas beaucoup de souvenir, il est vrai avec un nom qui commence par la lettre Z, on se retrouve rarement inscrit au début des listes.